Vignette Osmosis Coop Recap A Way out Fares

[DOSSIER] Le Nouvel Hollywood dans A Way Out

Vignette Osmosis Coop Recap A Way out Fares Nouvel Hollywood

A Way Out est un jeu d’action sorti le 23 Mars 2018 (oui, ce blog a officiellement 2 ans de retard). Vous devrez y aider LĂ©o et Vincent Ă  s’échapper de prison pour rĂ©gler leurs comptes avec ceux qui les ont envoyĂ© faire ce petit sĂ©jour Ă  l’ombre. Derrière cette histoire de double vengeance se trouve Josef Fares, un cinĂ©aste d’origine iranienne qui a su infuser sa culture cinĂ©matographique dans ses oeuvres.

En effet, le jeu est construit comme un mouvement prĂ©cis de l’histoire du cinĂ©ma  » le Nouvel Hollywood ». Dans cet article, on vous explique de quoi il en retourne.

1967, Hollywood est mort.

Les comédies musicales et les péplums, les baby boomers n’en veulent plus. Non, ce qui intéresse à l’époque c’est plutôt… le cinéma européen, et notamment la Nouvelle Vague française et le néoréalisme italien. Loin des décors en carton, le cinéma descend dans la rue. Le réel est au coeur de la création qui se teint de sincérité.

A way out Osmosis Nouvelle Vague Cinéma Nouvel Hollywood

En parallèle, la guerre du Viet Nam, le Watergate, les assassinats de Martin Luther King, des Kennedy, ainsi que la guerre froide…brossent un monde bien sombre pour les AmĂ©ricains et le brushing parfait de Sophia Loren devient carrĂ©ment inappropriĂ©.

Des oeuvres divergeantes

Le premier film à s’inscrire en rupture avec ses aînés est Bonnie & Clyde d’Arthur Penn. Non content de mettre en scène de parfaits anti héros, il contient également la scène de mort la plus sanglante de l’histoire du cinéma de l’époque. Il enterre ainsi le sacro saint Code Hays, abandonné un an auparavant.

affiche easy rider osmosis A way out Nouvel Hollywood

Les annĂ©es suivantes, Rosemary’s baby de Polanski (le violeur d’enfants qui gagne des CĂ©sars) et Easy Rider de Hopper connaissent Ă©galement un grand succès en salles grâce Ă  cette nouvelle gĂ©nĂ©ration de public marquĂ©e par la contestation gĂ©nĂ©rale.

Pour les spectateurs, tout est nouveau: les acteurs, actrices, les techniques, et surtout les réalisateurs. Les personnages sont des antihéros peu fréquentables aux questionnements très actuels, et ce quelque soit le genre du film.

La figure du soldat, par exemple, passera du héros national courageux et bienveillant au pauvre pion perdu, écrasé par un système perfide bien plus puissant que lui. Ou alors il tue de sang froid. Le mal-être, la peur, la souffrance, les interrogations incessantes sont au coeur des scénarios.

A way out Nouvel Hollywood Osmosis Apocalypse now
Apocalypse Now, Francis Ford Coppola

Les têtes d’affiches sont également renouvelées; adieu les femmes fatales et les mâchoires carrées de l’hypervirilité, place à des visages plus communs, parfois plus marqués par leurs origines. Cette période permettra de faire connaître pléthore d’acteurs et d’actrices aujourd’hui renommés.

La technique évolue, ce qui permet de créer des situations inédites. D’autant que les caméras sont devenues bien plus légères et peuvent être portées à l’extérieur des studios. Les mouvements de caméras se font également plus novateurs et le cadrage devient beaucoup plus libre et moins figé.

A way out Nouvel Hollywood Osmosis Rencontres troisieme type
Close Encounters of the Third Kind , Steven Spielberg

Les effets spéciaux vont également connaître une belle évolution. Cela permettra de mettre au placard les costumes des Universal Monsters et d’explorer de nouveaux mondes. Beaucoup de genres dont la science fiction retrouvent donc une nouvelle jeunesse. En effet, la création de dystopies permettent une critique profonde et acerbe de la civilisation occidentale.

Le message critique du réalisateur

Contrairement Ă  la plupart des films de l’âge d’or d’Hollywood, oĂą les producteurs avaient tout pouvoir dĂ©cisionnel, le Nouvel Hollywood redĂ©finit la place du rĂ©alisateur. La recherche de rentabilitĂ© passe le relai Ă  la vision artistique puisque c’est dĂ©sormais lui qui dispose du “final cut”. Comme les rĂ©alisateurs europĂ©ens, ils composent leurs films du dĂ©but Ă  la fin: Ă©criture, et tournage, en passant par le montage. 

Godfather tournage Nouvel Hollywood Way Out Osmosis
Tournage de la trilogie « The Godfather »

Ils choisissent leurs Ă©quipes, leurs comĂ©diens et comĂ©diennes et redĂ©finissent le processus crĂ©atif du cinĂ©ma amĂ©ricain. Le rythme des crĂ©ations est moins rigide, les personnages plus subtils, et les fins parfois ambivalentes ou carrĂ©ment ouvertes. 

Des succès qui tueront le Nouvel Hollywood

Si les premiers films sont souvent créés avec de moindres moyens, leurs succès leur feront gagner en légitimité, et donc… en financements; permettant le mariage habile de leur créativité artistique aux besoins plus cupides des studios qui n’ont plus rien à perdre.

D’ailleurs, on considère que c’est Spielberg et Lucas qui tueront involontairement le mouvement en inventant le principe même de “blockbuster” avec les incroyables Jaws et… Star Wars.

Star Wars A way out Nouvel Hollywood Osmosis

En effet, la fin de la guerre du Viet Nam entraîne également un revirement de goût chez le public. Les gens ressentent de nouveau le besoin de voir des films plus légers où tout finit bien, dans lesquels iels peuvent s’évader.

On considère que le Nouvel Hollywood dure de 1967 au début des années 80. Car deux circuits nets se dessinent alors: les productions indépendantes d’une part, et le cinéma grand public de l’autre.

Et dans A Way Out ?

DĂ©jĂ , l’action se dĂ©roule durant la pĂ©riode mĂŞme du nouvel Hollywood; les Ă©lĂ©ments diĂ©gĂ©tiques permettent de se situer Ă  la fin des annĂ©es 60 ou dĂ©but 70. D’après les technologies, les dĂ©cor et les vĂŞtements, mais Ă©galement de la guerre du Viet Nam qui est Ă©voquĂ©e dans plusieurs journaux.

A way out Nouvel Hollywood Osmosis

L’histoire du jeu met clairement en lumière une certaine sympathie pour les marginaux. Si Leo n’a pas eu une vie facile, il essaye de s’en sortir, tandis que Vincent essaye de gĂ©rer sa situation de deuil et l’éloignement de sa femme… et comme dirait Balavoine, ce ne sont pas des hĂ©ros. Seule la vengeance les motive, et sans spoiler, la figure de martyr du système est très bien amenĂ©e. 

Pour finir sur les personnages, ils sont plutĂ´t opaques… une fois le jeu terminĂ©, nous n’avons pas toutes les clefs pour comprendre chacune de leurs dĂ©cisions. D’une manière gĂ©nĂ©rale, on est très loin d’être dans un monde parfait. Les seules riches visibles sont des crapules, les vĂ©tĂ©rans sont des clochards, les gardiens de prison sont corrompus…et combien de vies ont Ă©tĂ© dĂ©truites pour un diamant, dĂ©jĂ ?

Portrait Josef Fares A Way Out Nouvel Hollywood Osmosis
Josef Fares, photo de GeneracionXbox

Le rĂ´le de l’ex rĂ©alisateur

La place du réalisateur dans la conception du jeu est également prépondérante. On vous l’a déjà dit, Josef Fares a eu son mot à dire sur tout. Il ira jusqu’à pousser EA pour que son jeu soit jouable à deux, même en ligne, avec une seule copie. D’ailleurs, si c’est bien son frère qui double le sympathique Léo et en a inspiré les traits, c’est Josef qui s’est occupé de la motion capture du personnage ! Quand il dit “mettre de soi dans une oeuvre”, lui il rigole pas! On pourrait pousser le bouchon concernant les visages d’ailleurs; celui de Leo étant très typé, et celui de Vincent carrément passe partout. On est loin d’un Nathan Drake ou d’un Adam Jensen !

Au niveau plus technique, il y a une vĂ©ritable recherche esthĂ©tique et les mises en scènes sont très lĂ©chĂ©es. La camĂ©ra, puisqu’il y en a clairement une, est chargĂ©e en sentiments. Elle n’est plus lĂ  uniquement pour nous donner le meilleur point de vue sur l’action. 
Enfin et toujours au niveau esthétique, il y a un élément fondateur qui nous semble confirmer notre théorie…

Les splitscreens !

Si la technique du splitscreen ne date pas des annĂ©es 70, c’est bien Ă  cette pĂ©riode qu’elle sera mise en exergue. Auparavant elle est utilisĂ©e essentiellement pour filmer des conversations tĂ©lĂ©phoniques, mais Brian De Palma en fera sa signature personnelle. Car pour lui, certaines scènes n’ont pas de point de vue idĂ©al, concept fondamental du Hollywood classique. Si son rĂ´le premier est bien de sĂ©parer, et donc Ă©loigner ou mettre en polaritĂ© deux perspectives, elle permet par jeu de l’esprit de se les approprier. Ainsi, on peut considĂ©rer une action dans sa globalitĂ© et comprendre des points de vues, voire dĂ©velopper des sentiments pour les protagonistes jumeaux. Ces derniers sont donc Ă  la fois littĂ©ralement divisĂ©s mais liĂ©s par une action, une unitĂ© de lieu, une unitĂ© de temps et surtout, un spectateur omniscient. 

A way out Nouvel Hollywood Osmosis pillow talk splitscreen
Pillow Talk, Michael Gordon

A Way Out fait une très belle dĂ©monstration de l’usage du splitscreen. Josef Fares confesse l’avoir utilisĂ© comme outil narratif Ă  part entière. C’est d’ailleurs pour ca qu’il est prĂ©sent mĂŞme en jouant en ligne ce qui, techniquement, n’est pas nĂ©cessaire, et mĂŞme malvenu selon les standards actuels.  En effet, si les Ă©crans splittĂ©s sont courants dans le jeu vidĂ©o, on les a longtemps retrouvĂ©s dans les jeux en versus plus qu’en coop.

A way out Nouvel Hollywood Osmosis splitscreen

Ici, l’écran est presque systĂ©matiquement coupĂ© entre Vincent et LĂ©o, ce qui permet aux joueurs une libertĂ© de mouvement, d’action et d’identification. De plus, la sĂ©paration bouge selon l’importance de l’action vĂ©cue par l’un ou l’autre; elle est donc interactive. C’est une vĂ©ritable matĂ©rialisation du fil narratif, du rail sur lequel se dĂ©roule le jeu. Les rĂ©cits de vie de Vincent et LĂ©o sont sĂ©parĂ©s, mais se rejoignent le temps de certaines cinĂ©matiques. Quelles que soient les dĂ©cisions des joueurs, ces cinĂ©matiques se joueront invariablement et les destinĂ©es se rejoindront. Les choix des joueurs laisseront place Ă  deux destins prĂ©dĂ©terminĂ©s par les plans stratĂ©giques d’autres personnages, par les rouages mĂ©caniques de la sociĂ©tĂ©… ou plus simplement par le script du jeu.

A way out Nouvel Hollywood Osmosis

C’est tout pour cet article !! Merci d’avoir lu jusque ici.
On se retrouve bientĂ´t pour la suite !

Sources/Pour aller plus loin

https://books.google.fr/books?id=z89-aqtgk4kC&printsec=frontcover&dq=nouvel+hollywood&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiAlpOYosbaAhVFr6QKHSnYCHMQ6AEINTAD#v=onepage&q&f=false

https://soundcloud.com/lepavedanslatoile/le-nouvel-hollywood

https://soundcloud.com/bdtk/jean-baptiste-thoret-sur-le-nouvel-hollywood

https://cinemaccro.com/2017/01/03/reflexion-10-lheritage-du-nouvel-hollywood-a-t-il-atteint-ses-limites/

http://www.persee.fr/doc/cllum_1763-4261_2008_num_5_1_913?q=nouvel+hollywood# De Palma Split Screen

David Martinon, « Le parti hollywoodien », Pouvoirs 2010/2 (n° 133), p. 85-101. DOI 10.3917/pouv.133.0085

https://archipel.uqam.ca/10951/1/M15071.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=7nNuO47RHjg

Retrouvez tous les dossiers ici! ➡ http://blogsmosis.fr/la-liste-des-dossiers/

En attendant, pour nous retrouver partout:

Laisser un commentaire