Couleurs Science fiction

Les couleurs de la Science Fiction

Au fil des années, la Science Fiction a su se créer une véritable iconographie; avec ses codes, ses couleurs si particulières et sa capacité à éveiller l’imaginaire.

Les débuts de la Science Fiction

Entre son désir d’expression artistique, et son besoin cathartique d’anticipation, L’Humain a toujours représenté des mondes fantastiques et des créatures inconnues; des choses qui pourraient être, auraient pu être, ou seront peut être. 

Krishna Horse Demon Osmosis couleurs science fiction no man sky
Krishna Battling the Horse Demon, Keshi. India (Uttar Pradesh), MET Museum

Il serait beaucoup trop long et fastidieux de faire un historique complet de l’histoire de la Science Fiction tant il est difficile d’en discerner les prĂ©mices des influences qui sont toutes aussi intĂ©ressantes, et dans lesquelles on rĂŞverait de se perdre. Toutefois, les textes ont toujours Ă©tĂ© illustrĂ©s avec plaisir ; des premiers mythes Ă  Star Wars, et parfois mĂŞme plusieurs fois, permettant aux artistes d’exprimer leur crĂ©ativitĂ© en se rĂ©appropriant ces histoires impossibles.

Une histoire reliée au livre

L’évolution de l’illustration de Science Fiction a logiquement suivi celle des supports de diffusion des histoires qu’elle orne. En premier lieu, elle est liée à l’histoire du livre, qui connaît une importante démocratisation au 18 et 19e siècle grâce aux avancées technologiques. Ainsi, les premières estampes et les gravures industrielles apparaissent alors que le prix du livre baisse quelques décennies plus tard. 

Osmosis couleurs Science Fiction No Man Sky
Image par Gerhard Gellinger de Pixabay

En parallèle, le taux d’analphabétisation en Europe connait une chute considérable et les sciences appliquées commencent à se populariser. Produire un livre est moins coûteux, on peut illustrer les histoires; et elles se vendent mieux. Dans cette optique, Pierre Jules Hetzel décide de vendre du Jules Verne illustré par de talentueux artistes, qui poseront des bases inspirantes pour leurs successeurs.

Hetzel Jules Verne Osmosis couleurs science fiction No Man Sky

D’ailleurs, le premier héritier se fera connaître bien vite puisque c’est à la fin des années 1890 que Warwick Goble illustrera le premier auteur de Science Fiction reconnu: H.G. Welles.

Or, le travail de Goble sera autant génial que visionnaire; puisqu’il ne se contentera pas de créer des images descriptives mais de danser avec le récit, presqu’à la manière d’un calligramme.

S’affranchissant du cadre, ses illustrations permettent une mise en page déconstruite, dont la noirceur des traits accompagne à la perfection l’horreur vécue par les personnages, s’infiltrant dans le texte comme le terrible gaz martien dans les rues de Londres.

Osmosis couleurs science fiction No Man Sky

Le germe de la Science Fiction continuera de se dessiner et de s’écrire, s’inspirant des avancées technologiques, des mouvements artistiques et philosophiques de son époque jusqu’aux années 20. 

L’industrie du papier entre en scène

Aux Etats Unis, le marché du papier peu cher a le vent en poupe : cela aura pour conséquence la création des magazines appelés “pulp” qu’un certain Hugo Gernsback s’appropriera pour publier des nouvelles de scientifiction. Il aura l’intelligence de mélanger des oeuvres d’auteurs alors inconnus avec des histoires bien plus célèbres comme Verne ou Welles, assurant ainsi le succès de ses Amazing Stories. 

Amazing Stories Gernsback Osmosis Couleurs Science fiction No Man Sky

Mais il n’est évidemment pas le seul à surfer sur ces supports bon marché, beaucoup d’autres éditeurs se lancent pour présenter des histoires de Western ou de Roman Noir.
Il faut donc se démarquer. Avoir une couverture qui claque quoi !

Gernsback aura un très bon flair et embauchera dès le lancement l’incroyable Franck R. Paul. A l’origine architecte, il a un vĂ©ritable goĂ»t pour les dĂ©tails, les machines et les dĂ©cors : il est capable de mĂ©langer des dessins d’objets thĂ©oriquement rĂ©alisables et des dĂ©cors avec fantaisie. 

Mais ce qui démarque vraiment ses couvertures des autres pulps, ce sont les couleurs. Contrairement aux environnements plus réalistes des Westerns et des histoires de détectives, les mondes de science fiction lui permettent d’utiliser une gamme de couleurs criardes et inattendues qui sauteront aux yeux des futurs lecteurs et lectrices, les invitant au voyage et… à l’achat!

Franck R Paul Osmosis couleurs science fiction no man sky
Couverture de « A city on Jupiter »

Avec la baisse des coĂ»ts de l’impression couleur, ces images de couvertures deviendront de plus en plus importantes, et les dĂ©lais de plus en plus serrĂ©s… pour l’Ă©criture.

D’ailleurs, à cause du décalage du au délai d’impression, il arrivait souvent que les illustrations soient commandées avant le texte qu’elles devaient illustrer ! Parfois même, les croquis étaient commandés tellement en amont, que c’était les romancier.e.s qui devait s’inspirer des graphismes ! 

Planet Stories Osmosis couleurs science fiction no man sky

L’image acquerait alors une certaine indépendance, et devait “donner des billes” pour le futur texte, d’où l’importance grandissante des détails !

L’âge adulte de la Science Fiction

Avec l’âge d’or de la Science Fiction, qui sera accompagné d’une grande introspection due à Campbell, naît la volonté d’avoir l’air plus sérieux. Il veut de la science réaliste, et des personnages plus humains, emplis de doutes et de problèmes moraux. 

En effet, la Science Fiction ce n’est pas que pour les enfants et en tout logique, ses illustrations deviennent également plus matures.
Ainsi, les dessinateurs et dessinatrices vont toujours plus loin dans la précision et les détails, notamment grâce à la diffusion de l’aérographe, qui permet de coloriser ces voyages spatiaux aussi épiques qu’exotiques. Et pour représenter l’inconnu, des mondes au delà de notre réel, quoi de mieux que le Surréalisme? Les illustrateurs commenceront à s’inspirer notamment des oeuvres de Dali pour créer des mondes merveilleux. 

Inconnu, Dan Mac Pharlin

Mais en parallèle, c’est l’hyperréalisme qui se développe sur ces couvertures; toujours motivé par une volonté de précision et d’allure concrète. Ainsi, c’est un véritable choc visuel que crééent les illustrations du genre; de la même manière que le texte justifie des aventures fantastiques par la science, le dessin justifie son imaginaire par ses traits hyper réalistes.

Il faut que les lecteurs et lectrices soient attiré.e.s par l’image, la prennent dans leurs mains, s’y projettent et découvrent des détails impossibles à voir au premier abord. De cette manière, l’illustration créé une sorte d’intimité récompensant qui la contemple, promesse de grands secrets à découvrir derrière sa page.

Chris Foss Osmosis couleurs science fiction No Man Sky
Inconnu, Chris Foss

Toutefois depuis la fin de la guerre, le cinéma devient de plus en plus important sur le marché du divertissement, et il saura s’inspirer des histoires de Science Fiction et de ses images. En retour, la science fiction écrite se déportera de plus en plus sur le format Comics et infusera son iconographie dans ces deux médias.

Le déploiement du format « Poche »

Dans le même temps, le Science Fiction investit un nouveau marché du livre: le livre de poche ! Or on l’a vu, la Science Fiction sait déjà attirer l’oeil par ses illustrations. En effet, elle est déjà habituée à se démarquer visuellement dans un contexte hyperconcurrentiel !

The rings of Saturn, Isaac Asimov

Ajoutez à ca l’augmentation du pouvoir d’achat, le prix très bas des livres de poche, l’éducation et l’alphabétisation des populations, l’augmentation du temps de loisir, l’aspect plus adulte qu’a alors gagné le genre et la volonté d’évasion de l’époque, bercée par les clichés et découvertes de la jeune NASA, ca ne pouvait que marcher.

Des milliers d’illustrations et de couvertures seront alors créées, toujours plus fournies, toujours plus colorées, toujours plus engageante aux voyages; comme une fenêtre vers des mondes inconnus.

No Man Sky Osmosis couleurs science fiction
No Man’s Sky

L’illustration de Science Fiction a donc une histoire extrêment riche, et son rôle au sein de l’évolution du genre l’est tout autant. Les créateurs et créatrices d’aujourd’hui baignent dans ces images anciennes. Ainsi on peut toujours voir du Franck R. Paul dans les oeuvres de John Harris… qu’on retrouve comme inspirations principales, avec Chris Foss, dans No Man’s Sky!

Nausicaa, Studio Ghibli

Bien sûr, cette iconographie a vite dépassé les frontières de l’anglosaxonnerie pour s’étendre au monde entier. Beaucoup d’auteurs et d’autrices de BD franco belges ont été marquées par ces univers et en réinventeront les clichés, et comment ne pas mentionner l’Asie? Au fur et à mesure qu’on les observait de plus en plus près, toute la planète a assimilé et ré-imaginé les images de mondes extérieurs; nous invitant nous même à des voyages que nous aurons à faire un jour… peut être.

Et voilĂ  !

Merci Ă  toutes et tous d’avoir lu ce billet, qui Ă©tait la pause culturelle associĂ©e Ă  la vidĂ©o sur No Man’s Sky !

On se retrouve bientĂ´t pour des news, en attendant, portez vous bien !

Sources/Pour aller plus loin :

The Art Of Sci-Fi Book CoversNerdwriterhttps://www.youtube.com/watch?v=M7Qm_UJML54Art, science fiction, couvertures, livres, romans, poche, accessibilité
The Planet ArtistsRon Millerhttps://www.tor.com/2011/09/26/the-planet-artists-chesley-bonestell-lucien-rudaux-and-ludek-pesek/Scifi, Art, Planètes
History of Science FictionAnthony Gramugliahttps://futurism.media/history-of-science-fiction-part-iiScifi, histoire, société
Le livre et l’image dans la littĂ©rature fantastique et les oeuvres de science-fictionFrançoise Dupeyron-Lafay

(Bé)vues du futur: Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)Clément Dessyhttps://books.google.fr/books?id=TMs2DwAAQBAJ&lpg=PA16&ots=xOqgwwsJSh&dq=One%20Hundred%20Years%20of%20Science%20Fiction%20Illustration%2C%201840-1940.%2C%20Frewin%2C%20Anthony.%2C%202005.&hl=fr&pg=PP1#v=onepage&q&f=false
Surrealism, Science Fiction and ComicsGavin Parkinsonhttps://books.google.fr/books?id=ySI9DQAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=Surrealism,+Science+Fiction+and+Comics&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiFiMa7i53eAhVQxYUKHaJsB8EQ6AEIKzAA#v=onepage&q&f=falseInspirations mixtes entre Science Fiction et Surréalisme, arrivée en France de la SF
One Hundred Years of Science Fiction Illustration, 1840-1940.Anthony Frewin

PULP FICTION: “The Golden Age of Scifi, Fantasy & Adventure”UFO TVhttps://youtu.be/HzlbRjmWEQ8
L’univers sans l’hommeThomas Schlesser

Encyclopédie Visuelle de la SFSous la direction de Brian Ash

Decade of the Big Deal: Publishing in the 70sThe Washington Posthttps://wapo.st/2MSVhMV
Sciences & Science FictionPatrick Gyger, Roland Lehoucq, Clément Pieyre, Ugo Bellagamba
A History of Book coversGrapheinehttps://www.grapheine.com/en/history-of-graphic-design/history-of-book-covers-3

Retrouvez tous les dossiers ici! ➡ http://blogsmosis.fr/la-liste-des-dossiers/

En attendant, pour nous retrouver partout:

Laisser un commentaire