#EllesFontLeJV РLes Pionni̬res I

Alors, si vous ne comprenez pas d’où sort ce billet, je vous conseille d’aller d’abord lire celui ci. J’y présente l’expo « Elles Font le Jeu Vidéo », qu’on a monté pour le Play It Festival avec Nart et Miss Myu!
Pour commencer, on a décidé de parler des premières femmes du Jeu Vidéo. Les pionnières du média, de l’industrie… voire même de l’informatique. Et puis on s’est dit qu’on allait aussi parler des femmes ayant travaillé sur les ancêtres des programmes…

D’ailleurs, ca nous renvoie assez loin dans le passé; au XIXe siècle plus précisemment, avec une aristocrate londonienne bien connue!

Ada Lovelace

Augusta Ada King Lovelace a été essentiellement élevée par sa mère. Son père était un poète connu autant pour ses oeuvres que… ses déboires! Sa mère l’a donc vite tenue à l’écart de ces affaires pour qu’elle apprenne les mathématiques et les sciences. Elle a 18 ans lorsqu’elle renconte Charles Babbage, qui cherche a développer une machine à calculer. Même s’il n’aura l’occasion que de construire des prototypes, il est à l’origine de deux machines qui font partie des ancêtres des ordinateurs. Ada l’assistera tout au long de ses recherches et inventera entre autre le concept de cartes perforées, premier language binaire, qui seront utilisées en informatique jusque dans les années 60! Son travail l’amuse tellement qu’elle ira jusqu’à concevoir le premier « programme codé » c’est à dire des commandes “compréhensibles” par la machine de Babbage.

Margaret Hamilton

Margaret Hamilton, c’est la jeune femme souriante à côté de ces gros cahiers qui font sa taille! Et ces cahiers, c’est son code; celui qu’elle a réalisé pour le système de guidage la mission Apollo 11, qui permettra d’envoyer les premiers humains sur la Lune, rien que ca!
On considère son travail comme le premier programme informatique… elle a même mis en place la première hiérarchisation des tâches par ordinateur, ce qui permis de sauver la mission Apollo 11!

Keiko Erikawa

Keiko créé avec son époux Kou un magasin d’ordinateurs peu de temps après leur mariage. Un jour, elle lui offre un Sharp MZ et il décide de coder un jeu vidéo. En découlera « Nobunaga’s Ambition », qu’elle décidera de vendre… à raison, puisque le jeu connaîtra un succès inattendu et lancera leur activité!
Mais Keiko a la tête sur les épaules et démarche tous les potentiels clients, partenaires et fournisseurs qu’elle peut: elle ira même jusqu’à pitcher des concepts chez Nintendo (qui la renverront gentiment chez elle…)! Elle permettra ainsi à leur « petite entreprise » de se faire un nom sur le secteur. Et ce nom n’est autre que… Koei, aujourd’hui Koei Tecmo, gigantesque société qui édite la fameuse série des « Warriors« !
Plus tard, elle décidera d’attirer les femmes aux jeux vidéo. Ainsi, elle créé une équipe uniquement composée de femmes qu’elle appelera Ruby Party, et lance le projet Angélique, qui sera à la fois un jeu d’aventure… et de drague! Il s’agira du premier titre d’une longue série et de la création du genre « Otome » ou « visual novel ».

Danielle Bunten Berry

Danielle n’a que 25 ans lorsqu’elle commence à coder des jeux vidéo textuels sur son temps libre, tout en suivant ses cours de Génie Industriel. Elle fonde le studio Ozark Softscape avec 3 amis quelques années plus tard et se fera remarquer par Electronic Arts grâce au jeu M.U.L.E..
La spécificité du titre est d’être un jeu de stratégie en temps réel jouable jusqu’à 4 joueurs.
Ca paraît rien du tout aujourd’hui, mais en 1983, date de son édtion, c’était complètement révolutionaire! Danielle développera ainsi plusieurs titres qui n’auront pas forcément de succès commerciaux immédiat, mais l’industrie et les critiques ont toujours été impresionnés par son sens de l’innovation. Plusieurs développeurs à succès dont Will Wright (Les Sims) s’estiment très influencés par ses travaux.

Roberta Williams

Avant Roberta, les jeux vidéo d’aventure sur PC c’était… du texte!
Et oui, Roberta, a 27 ans, créé avec son mari Ken Mystery House, le premier jeu vidéo d’aventure avec des illustrations! A son avis, les jeux vidéo textuels étaient trop austères pour le grand public, et elle chercha comment les rendre plus attrayants.
Après avoir créé Mystery House, ils lanceront ensemble la future société Sierra. Si la société est aujourd’hui fermée, elle comptait parmi les plus grands éditeurs internationaux dans les années 90!

Et voilà pour la première partie des pionnières du Jeu Vidéo! On se retrouve la semaine prochaine pour la suite!


En attendant vous pouvez également nous suivre un peu partout si vous le souhaitez 😚

👉  Retrouvez tous les dossiers ici!  http://blogsmosis.fr/la-liste-des-dossiers/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *