[DOSSIER] Les jeux d’infiltration

Jouons à cache-cache

L’ infiltration c’est un peu l’une des niches du jeu vidéo dans laquelle on file régulièrement un gros coup de pompe, histoire d’en faire sortir le toutou le temps d’une balade forcée.

Mais comment se définit ce genre? Depuis quand existe t’il?

Nous verrons ensemble que si ces mécaniques de base sont plutôt anciennes,  c’est un certain trio vidéoludique bien connu qui a donné naissance au genre d’infiltration.

D’ailleurs, si la plupart des jeux d’action de ces dernières années proposent des phases où il faut se montrer discret, cela ne les transforme pas automatiquement en jeu d’infiltration à proprement parler…

Mais déjà, définissons ce qu’est un jeu d’infiltration!

Gif bug glitch assassin's creed
Spoiler: ce n’en est pas un 😉

La furtivité

L’une des bases sur lesquelles reposent ce type de jeu est la notion de furtivité. C’est autour d’elle que sont articulées toutes les autres mécaniques du jeu d’infiltration.

Le joueur est ainsi invité à réaliser divers objectifs sans se faire repérer par les ennemis, en utilisant des moyens pour se dissimuler. Jusqu’à la fin des années 90, le genre n’existait qu’à travers des jeux reposant sur quelques gimmicks assez basiques, principalement dû aux limitations  techniques du support. D’aucuns considèrent même que Pacman en serait le premier représentant, de par sa mécanique d’esquive des ennemis.

On peut citer 005 sur Arcade en 1981, par exemple. Ce dernier proposait au joueur de se cacher derrière des caisses pour se soustraire à la vision des ennemis. Il y eut également Castle Wolfenstein sur Apple 2 la même année (attention, rien à voir avec Wolfenstein 3D!).  Connu pour être le premier jeu à permettre au joueur de se déguiser en utilisant un uniforme ennemi et déjouer ainsi sa vigilance. Des mécaniques de furtivité au service de l’infiltration donc!

Ecran accueil Castle Wolfenstein jeu infiltration
Pour s’infiltrer dans une base nazi… on se déguise en nazi…

Enfin, impossible d’oublier l’incontournable Metal Gear!!

Sorti en 1987 sur MSX2 puis sur NES, il reprit et affina les éléments de gameplay amené par les précédents jeux d’infiltration. On y retrouve:

  • la mécanique de champ de vision des ennemis,
  • la limitation des ressources pour encourager le joueur à éviter la confrontation directe,
  • et la notion d’alerte déclenchée par les ennemis si le joueur se fait repérer, avec les renforts qui vont bien.

Et pour la petite anecdote que tout le monde connait mais on la dit quand même : Metal Gear devait être à la base un jeu d’action bien bourrin. Mais comme la MSX2 était trop limitée techniquement pour afficher masse de projectiles, Hideo Kojima a dû ruser en changeant drastiquement le gameplay du jeu.

En gros, Metal Gear, c’est presque un accident!

1998, la naissance du genre « d’infiltration »

Durant la même année, et dans l’ordre, Tenchu et Metal Gear Solid sont sorti sur Playstation. Côté PC, c’est Thief qui marquera les esprits.

Ces trois titres absolument fantastiques sont aisément considérés comme les pionniers d’un genre qui pouvait enfin s’exprimer pleinement via le recours aux environnements 3D. Naturellement, chacun de ces jeux a apporté des mécaniques de gameplay qui ont aidé à façonner le jeu d’infiltration tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Tenchu par exemple, permettait de se débarrasser furtivement d’un ennemi en un seul coup à condition de ne pas se faire repérer. Soit en l’attaquant par derrière, soit en utilisant une arme de jet. Ca paraît anodin dit comme ça, mais pour l’époque c’était assez ouf, et t’avais l’impression d’être un ninja !

Tenchu infiltration
*Surpriiiise!*

Metal Gear Solid quant à lui améliora l’héritage issu des précédents épisodes. Ainsi, on note l’évolution de la gestion du champ de vision des ennemis et les techniques pour s’en dissimuler. D’ailleurs, on y ajoute la prise en compte du son émis par vos pas ou vos armes non-équipées de silencieux! Bien entendu le fameux système d’alerte qui se déclenche quasi-immédiatement lorsque vous vous faites griller, est lui aussi amélioré.

Metal Gear Solid jeu video infiltration

Enfin Thief introduira notamment une gestion très poussée de la lumière. En effet, il fallait se tapir dans l’obscurité pour échapper à la vigilance des ennemis, voire créer des zones d’ombres en éteignant les torches et autres sources lumineuses!

Naissance d’un genre

Cette trinité vidéoludique et ses différentes déclinaisons nous permettent aujourd’hui de déterminer ce qui fait l’essence d’un vrai jeu d’infiltration. Ainsi, on peut en dégager des éléments clé de gameplay :

  • Permettre au joueur de se cacher des ennemis via différents moyens : profiter des éléments de décors et des zones peu éclairées, et utilisation d’équipement, de déguisement, voir de camouflage.
  • Favoriser autant que possible la discrétion et l’approche indirecte, le plus simple étant de rendre la confrontation avec un ennemi extrêmement risquée, voir immédiatement synonyme de mort. En gros ce genre de truc là on oublie. Instaurer un ou plusieurs niveaux d’alertes dans le cas où le joueur se fait repérer, augmentant le nombre d’ennemis et renforçant la sécurité, est également un bon moyen de forcer le joueur à être le plus furtif possible.
  • Par extension, permettre au joueur de réaliser ses objectifs sans avoir à occire un seul ennemi, ou le strict minimum dans le cadre d’une mission d’assassinat. Sans être obligatoire, l’existence même de cette possibilité suppose un level-design et un gameplay complètement adapté à un jeu demandant un certain niveau de discrétion au joueur.
Les doggos <3

Et voilà ce qui fait un jeu d’infiltration selon nous! N’hésitez pas à nous donner votre propre avis en commentaire, ou partagez vos expériences!

Vidéo Osmosis Coop Styx Shards of Darkness Recap
On parle des jeux vidéo d’infiltration dans cette vidéo sur Styx Shards of Darkness! 

Attendez, vous parlez de tout ca dans une critique de JV? Mais c’est quoi en fait Osmosis?

En attendant, pour nous retrouver partout:

Retrouvez tous les dossiers ici! ➡ http://blogsmosis.fr/la-liste-des-dossiers/

Pour aller plus loin:

  • http://thenewpixel.over-blog.com/2017/05/la-naissance-du-jeu-d-infiltration-et-son-evolution-au-travers-du-temps.html

 

4 commentaires Ajoutez le votre

  1. Kalsang Loops dit :

    On me voit , on ne me vois plus , on me voit, on ne me vois plus. Ninjaaaaaa ….

    Pac Man premier jeu d infiltration, hummm effectivement ça fait réfléchir sauf quand il se dope a la bubble gome jaune smiley ,là ce devient un DOOM Like .

    Tenchu que j ai aimé ce jeu !!!!

    Merci pour ce petit dossier la bande à Osmosis 😉

    1. Osmosis dit :

      Haha clairement pour Pacman!!
      En plus, si on considère que c’est un jeu d’infiltration, alors le Snake du 3310 aussi.

      Snake? Snake! SNAAAAAKKKEEEEEE! (imagine c’est une vraie ref!)

  2. Kalsang Loops dit :

    hahahaha comment faire un teaser pour son twitch en scred 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *