[DOSSIER] L’histoire des JDR

Les JDR, cet emblème geek

Si aujourd’hui chaque référence aux années 80 inclut forcément un clin d’oeil aux JDR, il n’a pas été toujours bien vu de les pratiquer. Puisque comme d’habitude, ce que le grand public ne comprend pas est bien vite envoyé au bûcher de la moralité.

Pourtant, les Jeux de Rôles ont fait partie d’une mutation très profonde de la société. En effet, en ramenant de l’individuel sur des wargames, en envisageant des histoires parallèles dans des univers nouveaux, en développant l’idée de gain de compétences au fil des aventures; un groupe de jeunes garçons allait changer le monde.

Et oui, cet article commence comme une histoire de Fantasy.

Aux origines, Gygax

Ca va peut être être difficile à croire mais l’ancêtre le plus connu des JDR date du 6ème siècle; il s’agit de Chaturanga!

échecs harry potter
Encore ces jeux violents là…

… mais si tu connais, les échecs! En effet, il s’agit d’un jeu de simulation stratégique, avec différentes factions agissant différemment; ce qui évolura en Wargames.

Les Wargames connaissent un grand succès accompagné d’une industrialisation massive au milieu du XXème siècle, notamment grâce au jeu “Tactics”. Par ailleurs, dans les années 50 émerge une tendance qui sera le dernier ingrédient nécessaire à l’invention des JDR… les mondes de Fantasy!

TATTAAAA ♫

C’est à cette période qu’est né Gary Gygax. Enfant, il jouait beaucoup aux échecs avec son papy. Mais en grandissant, son intérêt se portera plutôt sur les Wargames.

En 1961, il découvre le jeu “Siege of Bodenburg”, et ca lui plaît beaucoup. Effectivement; c’est un des rares jeux de figurines se déroulant au Moyen Age! Il devient un mordu du genre et réalise ses premières publications et adaptations. Il créé même un club de jeu de figurines et publie régulièrement des règles dans les fanzines de l’époque!

gygax rules JDR

Quelques temps après, Gygax rencontra Don Lowry, qui était en train de monter sa propre boîte d’édition de jeux: Guidon Games. Le courant passe plutôt bien entre les deux hommes et Gygax accepte de lui fournir des règles à publier.

Ainsi, Chainmail verra le jour en 1971 et apporta deux innovations majeures:

  • la gestion de héros individuels et donc l’introduction de combats en 1 contre 1,
  • et le “supplément Fantasy” qui permettait de balancer des sorts et combattre des monstres!

chainmail gygax JDR

De fait, on se rapproche déjà un peu du JDR! Mais on va laisser Gygax ici et s’intéresser à D&D… Dave et Dave!

Dave Wesely

Dans les années 60, le jeune étudiant David Wesely redécouvre un jeu de stratégie du 19e siècle, appelé Strategos.  Avec lui, il intègre le principe d’arbitre tout puissant capable d’intervenir dans la partie. Le jeu devient super populaire parmi son groupe d’amis, et il décide de créer une version modifiée qui aboutira à un tout nouveau jeu appelé Braunstein.

Strategos Dave Wesely RPG

En effet, il décide d’ajouter au jeu de stratégie la possibilité de choisir un personnage précis à incarner, qui possède ses propres objectifs. Et ca, c’est énorme comme concept! D’ailleurs, ca s’inscrit très bien dans la mouvance sociale des années 60 qui estime que chaque individu a son importance au sein d’un groupe. Ainsi, dans Braunstein, il ne s’agit plus forcément d’incarner des dignitaires de l’armée, mais également des notables civils (maire, instituteur, banquier…). Or, ca permettait de penser au delà de la pure stratégie militaire.

Le résultat? Un sacré foutoir! Les joueurs ont eu des comportements complètement imprévus lors des phases de test… si bien que le pauvre Dave ajoutait des règles à la volée pendant les parties.
A vrai dire, il pensa que son jeu était raté… mais ce ne fut pas le cas des joueurs, qui avaient adoré le concept!

« On recommence quand tu veux frère! »

Dave Arneson

Dave Arnesson de son côté, a grandi en jouant à Gettysburg. Comme les autres, il commenca assez vite à ajouter, modifier, inventer des règles pour expérimenter. Il aimait également pas mal le théâtre, et jouait souvent lors de reconstitutions historiques à l’université. Plus tard, il jouera à Braunstein avec Wesely et commencera sérieusement à s’impliquer dans la communauté des Wargames. Au détour d’une convention, il rencontre Gary Gygax!

Evidemment, ils deviennent de vrais bros et créent un jeu à 6 mains qu’ils appelleront “Don’t give up the ship”; un wargame qui alterne entre batailles navales et terrestres! Ils font publier les règles par les éditions Guidon.

Blackmoor Arneson RPG JDR Osmosis

En 1971, Arnesson décide de reprendre plusieurs éléments d’autres jeux, mais de transposer la bataille au Moyen Age pour créer un nouveau jeu du nom de “Black Moor”. On y retrouve les dernières règles de combat éditées pour Chainmail mais également le système de personnages individuels à jouer de Braunstein! Mais contrairement à Braunstein, les parties sont des campagnes divisées par épisodes. De plus, entre chaque épisode, les personnages gagnent de l’expérience! Dès lors, on est déjà plus très loin des JDR!

Arnesson présente son bébé aux autres, qui décident de collaborer tous ensemble sur des règles étendues. Ce gros projet portera le nom de “The Fantasy Game” et aboutira en 1972.

The Fantasy Game

Gygax commence à réaliser des tests auprès des joueurs, enrichissant à chaque fois les versions. Au passage, l’équipe cherche des noms pour le futur jeu: Swords & Spell, Men & Magic, Treasures & Trolls… mais c’est finalement Dungeons & Dragons qui fut adopté!

TSR Dungeons Dragons JDR Osmosis

Toutefois, les éditions Guidon connaissant une période difficile, l’édition finale des règles du jeu fut un peu compliquée. Heureusement, parmi les joueurs testeurs, plusieurs acceptèrent de fonder une entreprise pour permettre la diffusion des règles, entreprise qu’ils appellèrent TSR. Quoiqu’il en soit le crowdfunding n’existait pas encore et les compères rament pour financer leur projet. Heureusement, un certain Brian Blume rejoint la société avec les fonds manquants et la première version commerciale de Dungeons & Dragons voit le jour le 1er janvier 1974. Il s’agissait de 3 livres dans un boîtier qui étaient vendus 10$.

En fait, c’était un sacré coup de poker! Car 10$ de l’époque c’est 45$ actuels, en plein choc pétrolier, alors qu’ils ne pouvaient pas faire de pub, sortir un jeu totalement innovant et qui demande une initiation… c’est plutôt risqué!
Pourtant, de convention en convention, de fanzine en fanzine, d’aventure en aventure la notoriété de Donjon et Dragons grandit! Par conséquent, si les 1000 premières boîtes vendues en Janvier 74 ont été assemblées à la main, l’industrialisation prend assez vite la suite au vu des chiffres de vente. Et en quelques années les unités vendues se comptent par millions!

De quoi bien démarrer leur activité!

Un impact imprévu

En 1983, le New York Times annonce que D&D sera le jeu de la décennie. Un jeu d’un genre tout nouveau, qui mélange imagination, stratégie, hasard et aventure, l’industrie en est complètement chamboulée! En fait, ca va bien plus loin puisque le jeu comme les univers fantasy sont petit à petit assimilés dans la culture populaire. Selon Michael Witwer d’ailleurs, les joueurs les plus captivés par D&D à l’époque étaient souvent très intéressés par les technologies informatiques, les comics, la littérature, ou encore la science fiction… Avec le temps ils auraient naturellement formé des communautés et seront petit à petit surnommées: geeks.

geek nerd JDR
« geeks », « nerds », même combat…

Finalement, le JDR commence à être boudé du grand public dans les années 90, et aujourd’hui encore il reste un loisir d’initié.

Mais sinueusement, les rôlistes ont porté leur culture JDR; leur façon de raconter des histoires collectives, l’importance de l’individuel au sein du groupe, et en ont imprégné la culture actuelle. Le système de jeu a fait évoluer les “livres jeux” et d’autres techniques narratives, les procédés de psychothérapie  et, évidemment, les jeux vidéo! Et oui, sans JDR pas de RPG, ni de MMO!

Baldur's Gate RPG JDR Osmosis
Pas de RPG, pas de Baldur’s Gate!

Par conséquent, et depuis le début du XXI siècle, on s’intéresse même aux développement personnel et social liées au JDR, grâce entre autres aux travaux de Nicolas Doduik, Marie Musset et Rémi Thibert que vous trouverez ici: http://www.ffjdr.org/wp-content/uploads/Jeu_et_apprentissage.pdf

Et histoire de terminer sur une note vidéoludique, on se permet une transition hasardeuse grâce au travail d’Antoine Chollet, qui lui s’intéresse à l’apprentissage de compétences managériales chez les joueurs de MMORPG!

On t’a parlé de JDR dans cette vidéo sur Divinity Original Sin 2! 👉

Attendez, vous parlez de tout ca dans une critique de JV? Mais c’est quoi en fait Osmosis?

Sources/Pour aller plus loin:

  • En premier lieu, on te conseille la chaîne de Geek Librairie, qui parle de JDR et de Romans de Fantasy! https://www.youtube.com/user/Jalvan06
  • Empire of Imagination: Gary Gygax and the Birth of Dungeons & Dragons, Michael Witwer
  • Of Dice and Men: The Story of Dungeons and Dragons and the People Who Play It, David M. Ewalt
  • Playing at the World, John Peterson

En attendant, pour nous retrouver partout:

Retrouvez tous les dossiers ici! ➡ http://blogsmosis.fr/la-liste-des-dossiers/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *